• Se connecter

La position des centres de pression et des masses d'air (à 850 hPa)

12345678910111213141516171819202122232425262728293031
Agrandir l'image

12345678910111213141516171819202122232425262728293031
Agrandir l'image

Période Type de masse d'air Cause
du 1 au 3 Continental Crète anticyclone des Açores
le 4 Maritime  Dépression Bretagne
du 5 au 8 Continental Crète anticyclone des Açores
du 9 au 10 Maritime (polaire le 10) Dépression Sud Scandinavie
du 11 au 13 Maritime  Crète anticyclone des Açores
du 14 au 16 Continental tropical Crète anticyclone des Açores
du 17 au 24 Maritime, puis maritime tropical Crète anticyclone des Açores
du 25 au 31 Tropical (maritime le 28 et le 31) Dépression ouest Irlande

Bilan chiffré du mois



Quelques valeurs pour la station d'Uccle :

 

Température
en °C

Précipitations en litres / m² (jours)

Insolation
en heures

Valeurs

22.0

49.7 (5)

298.2

Normales 1981-2010*

18.4

73.5 (14.3)

200.7

Ecart

3.6

-23.8 (-9.3)

97.5

Chart will load here
 

* Note importante concernant les moyennes : à partir de janvier 2010, nous utliserons les moyennes de la période 1981-2010 qui feront office de normales, afin de mieux coller à la réalité récente du réchauffement climatique global.

Le bilan complet se trouve ici : Relevés pour juillet 2018.
Retrouvez aussi nos graphes mensuels de nos stations du réseau MeteoBelgique sur le lien ici.

Commentaire

Ce mois de juillet 2018 a été caractérisé par des températures et une insolation très anormalement excédentaires, et des précipitations exceptionnellement déficitaires en fréquence (normalement déficitaires en quantité). (Station de référence : Uccle).

On retiendra de ce mois de juillet 2018 un mois très chaud (le second depuis 1833, derrière juillet 2006), à la sécheresse persistante. A noter le taux exceptionnellement bas de l'humidité relative moyen du mois : 54%, largement en dessous du précédent record qui datait de 62% en 2006. C'est d'ailleurs, tous mois confondus, aussi la plus basse valeur moyenne mensuelle enregistré pour l'humidité relative : le précédent record datait d'avril 1893, avec 59% !
Enfin, on retiendra aussi la vague de chaleur, commencée le 13 juillet et qui se prolongera en août, qui sera une des plus longues et puissantes que notre pays ait jamais connu à côté de celles de 1976 et 1911. (Voir notre article à ce sujet ici). Enfin les deux valeurs de température enregistrées à Uccle (35.4°C les 27 et 28 juillet) sont aussi particulièrement remarquables puisque de telles valeurs  supérieures à 35°c sont rares en cette station et n'étaient arrivées depuis 1901 que 6 fois seulement avant ce mois de juillet qui restera assurément dans les annales...

Insolation génreuse, chaleur et sécheresse auront été les maitres surant ce mois de juillet,
comme ici à Slins, le 18 juillet 2018
Photo : Webcam MeteoBelgique de Slins (Christophe Remy). 

Le 1er juillet 2018, premier jour du mois, fut une journée chaude. Une fois n'est pas coutume c'est à la Côte, à Coxyde que l'on a enregistré la température la plus haute, 30,8 °C à égalité avec Passendaele. En effet, au littoral, le vent d’est est suffisant pour repousser la brise de mer, ce qui explique les hautes températures dont bénéficie la côte. Le ciel est parfaitement serein, à l’exception du sud du pays où l’on observe quelques rares nuages. Avec le vent dl’est, c’est aussi un air très sec qui est acheminé. À Uccle, le taux d’humidité chute à 21% le soir. À Kleine Brogel, on descend même jusqu’à 20%.

Le 2 juillet 2018, les températures baissent un peu, le temps reste tout aussi lumineux, avec un ciel serein ou presque. Par contre la sécheresse de l’air est encore plus remarquable. À Uccle, l’humidité de l’air tombe à 19% en fin l’après-midi. Kleine Brogel (21%) Anvers (22%) et Beauvechain (22%) ne sont guère plus humides. A Uccle, ce 2 juillet, nous avons déjà sept jours avec une insolation supérieure à 13 heures depuis le 26 juin, ce qui est remarquable.

Le 3 juillet 2018, une dépression thermique, formée sur la France en journée, remonte en soirée vers notre pays. Les différences de pression restent cependant faibles, ce qui fait que la situation atmosphérique ressemble de plus en plus à un marais barométrique qui sera responsable d’une activité orageuse sur le nord de la France l’après-midi, le soir et la nuit. Ces orages débordent quelque peu sur la Belgique, une première fois en fin d’après-midi sur la Botte du Hainaut et une seconde fois durant la nuit du côté de Poperinge. Aucun pluviomètre ne donne cependant de précipitations significatives. Ce qui n’exclut cependant pas qu’à l’échelle locale, des précipitations soient effectivement tombées.
Sur le reste du pays, l’air humide se dessèche très fort. À Uccle, l’humidité relative ne monte que de quelques malheureux pour cent, avec 24% durant l’après-midi (la veille, ce taux était descendu jusqu’à 19%). Une grande partie du pays, par ailleurs, descend en dessous de 30% d’humidité aux heures chaudes de la journée, ce qui signifie que l’air est encore bien sec dans les basses couches. Le ciel est cependant un peu plus nuageux que les jours précédents.
Les températures maximales : 28 à 31°C en plaine (31,5°C à Koersel et Kruishoutem), 25 à 27°C sur les hauteurs. Uccle, n’arrive toujours pas cette année à atteindre la barre des 30°C, se contentant de 29,7°C.

Le 4 juillet 2018 fut une journée orageuse par excellence dans le sud du pays. Ces orages finissent par déborder vers le nord durant la nuit du 4 au 5 en touchant notamment Bruxelles, qui connaît enfin une interruption (temporaire) de la sécheresse.
Une ligne de convergence se dessine de mieux en mieux sur notre pays. Aux petites heures du matin, on la retrouve du côté sud du pays. En première partie de nuit, cette ligne tend à remonter vers le nord pour atteindre le centre du pays.Il n’y a pas de différence thermique entre le sud et le nord de la ligne, c’est donc devenu une ligne de convergence pure, et plus du tout un pseudo-front de basses couches.
L’activité orageuse est présente dès le matin dans la partie sud du pays, et plus particulièrement au-dessus du massif ardennais et celui des Hautes-Fagnes. À Libin (Transinne), on relève déjà 9 mm de pluies matinales. À Mont-Rigi, ces pluies sont plus modestes (2 mm), mais on y observe de l’activité électrique à plusieurs reprises.
En fin d’après-midi, des orages éclatent en Gaume, avec entre autres 7 mm à Virton (entre 16 et 17h) tandis qu’en soirée, ce sont les régions à la frontière belgo-française (Hainaut, Province de Namur) qui sont touchées, avec par exemple 8,8 mm à Fontaine-L’Évêque (à l’ouest de Charleroi), tombant autour de 21 heures. Il s’agit souvent de courtes mais intenses averses.
Certains de ces orages sont violents. Notamment entre Charleroi et Namur (Falisolle, Fosses-la-Ville), on fait état d’un « orage intense avec grosse activité électrique et trombes d’eau » voire de « déluge » (source : RTL).
Plus tard dans la soirée, ces orages se décalent vers le Brabant Wallon où ils s’intensifient encore. À Lasne, il tombe 37,6 mm d’eau entre 22 et 23 heures. À Limelette, on parle d’une « vision de fin du monde » tandis qu’à Braine-l’Alleud, il est question de « tempête et orage de fou, il pleut énormément, tonnerre et orage sans compter le vent très élevé » (source : RTL).
Enfin la zone de Bruxelles est frappée peu avant 23 heures (avec des luminosités parfois inquiétantes dès 22 heures), mais là des précipitations sont très variables. À Uccle (sud de Bruxelles), on relève 15,9 mm dont l’essentiel tombe peu avant 23 heures et le reste, peu après, tandis qu’à Neder-Over-Heembeek (nord de Bruxelles), il ne tombe que 6 mm, à peu près à la même heure. Par contre l'orage y fut très électrique et à l'ambiance angoissante. La foudre est d'ailleurs tombée sur un bâtiment à 300 m seulement de notre station MeteoBelgique...
Les orages ont donc été assez puissants pour pénétrer dans la zone de sécheresse, où ils n’ont cependant pas survécu très longtemps. Zaventem (aéroport de Bruxelles) n’a reçu plus que 2 mm d’eau pendant que la plupart des localités flamandes sont restées au sec.

Consécutive à un orage très électrique, la foudre est tombée sur une maison à
Neder-Over-Heembeek, à 300 m seulement de notre station MeteoBelgique,
provoquant un incendie ce 4 juillet 2018 vers 23h.
Photo: Lola Sts.

Le 5 juillet 2018, notre pays se trouve à nouveau dans un marais barométrique. Une ligne de convergence subsiste sur le sud du pays, séparant une circulation molle de nord-ouest d’une circulation tout aussi molle de sud-ouest. L’humidité, dans le sud du pays, est encore suffisante pour qu’une ligne orageuse puisse s’y former.
Le ciel est parfois nuageux le matin puis s’éclaircit rapidement avec des nuages d'altitude et, en après-midi, la formation de cumulus de beau temps. Plus on va vers le sud, plus le développement des cumulus devient important, avec le stade de cumulonimbus sur l’Ardenne où – comme déjà mentionné ci-dessus – une véritable ligne orageuse se développe l’après-midi.

Les températures sont en légère baisse par rapport à la veille, mais restent élevées avec le plus souvent 25 à 27°C en plaine (21-22°C au littoral) et 21 à 23°C sur les hauteurs. En Campine, il fait plus chaud avec 28,8°C à Kleine Brogel. La Gaume, par contre, connaît une relative fraîcheur sous un ciel plus nuageux qu’ailleurs, avec 22,4°C à Aubange. En effet, l’air est plus maritime au sud de la ligne de convergence, avec de forts taux d’humidité et la présence d’une vaste nappe nuageuse. Les précipitations, même dans la région des orages, restent très irrégulières avec par exemple 15 mm à Fraiture. Mais il n’y en a pas pour tout le monde.

Le 6 juillet 2018, le temps redevient graduellement anticyclonique grâce à deux noyaux de hautes pressions, l’un à l’entrée de la Manche (anticyclone « chaud) et l’autre, d’origine thermique (un peu plus frais) sur la Mer du Nord. Notre pays reste du côté chaud, avec un pseudo-front froid (front de basses couches) qui « lèche » la frontière nord de la Belgique. De ce fait, en dépit d’un petit vent de nord-ouest à nord, les températures restent élevées, sauf le long du littoral où le vent vient directement de la mer. Les valeurs : 22°C en bordure immédiate de la mer, 24°C dans les dunes, 27 à 29°C en plaine et 22 à 23°C sur les hauteurs. La plus haute température revient à Kruishoutem avec 29,1°C.
Le temps est d’abord beau mais des nuages convectifs se forment ci et là, avec une faible activité orageuse, très localisée, entre la Flandre Occidentale et le Hainaut. Dans la région de Tournai, Kain reçoit 8 mm d’eau mais Rumillies, seulement 1 mm. Le plus souvent cependant, le compteur reste à 0 mm. Sur le sud du pays, on note aussi un peu de brouillard le matin tandis qu’au littoral, comme déjà la veille, les nuages convectifs sont totalement absents. Pas de gros changement le lendemain, le 7. Les 30°C sont dépassés à Kruishoutem (30,2°C). Les nuages convectifs se font plus rares avec seulement un peu de cumulus inoffensifs l'après-midi.

Le 8 juillet 2018, de l'air plus frais gagne le pays, avec des maxima de 22 à 25°C au littoral, 26 à 27°C en plaine et 21 à 22°C sur les hauteurs. Mais le temps reste globalement beau, avec quelques nuages très aplatis. Le 9 juillet 2018, un front froid descend le long du flanc oriental d’une vaste zone anticyclonique et nous atteint en fin de journée. Les températures sont un petit peu plus fraîches que la veille.

Le 10 juillet 2018, l’anticyclone s’étend désormais des Açores jusqu’aux côtes norvégiennes. Une portion d’air très frais, d’origine polaire, envahit notre pays à l’arrière du front froid. En outre, des basses pressions sur le nord-ouest de l’Allemagne, et une occlusion qui s’est enroulée autour, sont responsable d’un ciel fort chargé de nuages. Les températures maximales sont en chute libre avec des valeurs le plus souvent comprises entre 17 et 18°C en plaine (littoral inclus) et autour de 14°C sur les hauteurs. La Gaume et certaines vallées sont un peu moins fraîches avec 19°C. Les précipitations sont généralement faibles, le plus souvent inférieures à 1 mm, et ne marquent aucune rupture dans la période de sécheresse. Très localement, il est tombé un peu plus, avec 4 mm à Mont-Rigi et à Botrange, tout comme à Rumes, et 3 mm à Fraiture. Le vent est bien présent, surtout au littoral, et renforce la sensation de fraîcheur.

Le 11 juillet 2018, les hautes pressions, quoiqu’affaiblies sur leur flanc oriental, reprennent leur droit et le beau temps nous revient, avec encore un peu de fraîcheur.
Le ciel est très temporairement couvert le matin ( puis le temps devient nuageux à beau. Les températures maximales : 19 à 20°C au littoral, 22 à 24°C en plaine et 18 à 19°C sur les hauteurs. Les endroits abrités connaissent déjà un retour de l’été avec 26,0°C à Hastière et 25,1°C à Angleur. De même, les sols sablonneux permettent aussi des températures à nouveau élevées , avec 25,5°C à Kleine Brogel (mais « seulement » 23,4°C à Koersel).

Le 12 juillet 2018, une certaine influence anticyclonique se maintient. Les vents restent orientés au nord, avec un peu d’humidité et des températures pas trop caniculaires, mais le déficit en précipitations s’accentue de plus en plus.
Couvert le matin, les nuages se dissi^peront en cours de journée. Quant aux températures maximales, elles eront de 18 à 19°C au littoral sous les nuages et le vent de mer, 23 à 25°C sur une grande partie des plaines et 21 à 23°C sur les hauteurs. Le nord-est du pays est influencé par de l’air chaud déjà présent sur l’est des Pays-Bas, avec 28,3°C à Kleine Brogel, 26,8°C à Koersel et à Retie et encore 26,0°C à Gorsem. Quelques poches d’air un peu plus chaud sont aussi présentes ailleurs dans le pays (Gosselies : 25,7°C ; Beauvechain : 25,6°C ; Hastière : 25,5°C).

Le 13 juillet 2018, nous nous trouvons en surface dans un marais barométrique à tendance anticyclonique, mais en altitude, une baisse des pressions et des températures permet une bonne instabilité, qui est en plus boostée par une ligne de discontinuité liée à une ancienne occlusion. Cependant, l’environnement sec et les points de rosée plutôt bas qu’on retrouve en pas mal d’endroits inhibent fortement les formations orageuses. Dans le sud du pays par contre, cela réussit encore. Avec la persistance des vents du nord, les températures maximales restent très loin des records de chaleur, mais sont estivales malgré tout avec 25 à 27°C en plaine et 22 à 23°C sur les hauteurs. Aux endroits privilégiés, il fait plus chaud avec 28,4°C à Angleur, 28,2°C à Kleine Brogel et à Koersel, 27,8°C à Hastière et 27,7°C à Genk.
On observe de nombreux nuages de moyenne altitude en matinée, puis du beau temps avec quelques nuages convectifs; ceux-ci restent modestes sur le nord et le centre du pays, mais se développent rapidement sur l’Entre-Sambre-et-Meuse jusqu’à former des orages, dont entre autres un multicellulaire du côté de Beauraing, puis du côté de Ciney avec quelques belles structures et temporairement une luminosité inquiétante de couleur verdâtre. En conséquences, quelques cotes pluviométriques assez importantes mais tr!s localisées : Dourbes : 29 mm, Agimont : 14 mm ou Aublain : 12 mm.
Au littoral par contre, toujours pas la moindre convection digne de ce nom. Les températures y demeurent fort fraîches, avec des maxima de 18°C en bord de mer et de 20°C dans les dunes.

Le 14 juillet 2018, l’anticyclone reprend du poil de la bête et l’air devient de plus en plus sec.
C’est donc le grand beau temps, avec quelques très petits cumulus de beau temps. Le sud du pays (plus particulièrement le massif ardennais) garde encore quelques caractéristiques plus humides, avec des brouillards matinaux et des cumulus plus développés. De façon très isolée, ces cumulus se développent jusqu’au cumulonimbus orageux, notamment au sud-est des Hautes-Fagnes. Les températures sont élevées, de l’ordre de 27 à 29°C en plaine et de 23 à 25°C sur les hauteurs. C’est Angleur qui relève la plus haute température avec 29,0°C, directement suivi de Kleine Brogel avec 28,9°C. On remarquera aussi à nouveau la sécheresse de l’air, avec des valeurs d’humidité relatives parfois proches de 30%, voire en dessous de cette valeur, comme par exemple Uccle qui descend à 26%.
Le littoral ne connaît toujours pas de convection, avec un ciel parfaitement bleu. Il faut dire que les températures y sont toujours fraîches, avec 20°C en bordure de mer et temporairement 23°C dans les dunes.

Le 15 juillet 2018, un noyau anticyclonique se forme sur le nord de l’Allemagne et le Danemark, et avec un vent qui souffle en moyenne de nord-est, c’est de l’air chaud et surtout très sec qui est acheminé vers nos régions. Les températures maximales atteignent 24°C sur les plages, 26°C dans les dunes, 29 à 31°C en plaine et 24 à 26°C sur les hauteurs. Les 30°C sont dépassés à Kruishoutem (31,0°C), Chièvres (30,7°C), Kleine Brogel (30,4°C) et Angleurs (30,1°C).
Mais on remarquera surtout la grande sécheresse de l’air, avec des taux d’humidité parfois inférieurs à 25%. Beauvechain descend jusqu’à 24% tout comme Gosselies, Ernage jusqu’à 23% et Uccle jusqu’à 20%. Il n’est donc pas étonnant que le pays connaisse une nouvelle journée de grand beau temps sur de nombreuses régions, avec quelques nuages de hautes altitude.
Le sud du pays dispose toujours d’assez d’humidité pour permettre un grand développement aux nuages convectifs, qui évoluent en cumulonimbus et parviennent à former un certain nombre d’orages. Ces averses orageuses, visibles sur les images radar, sont cependant passées entre les mailles du filet des stations pluviométriques (publiées), tant de l’IRM que de MB, puisqu’aucune de ces stations n’a donné plus de 1 mm. 

Suite à la sécheresse, les incendies dans les champs se multiplient : une étincelle suffit
à embraser rapidement un champ tout entier, comme ici à Suarlée, le 16 juillet 2018.
Photo : RTBF

Le 16 juillet 2018, une zone orageuse, liée à une convergence marquée entre vents à composante orientale et vents à composante occidentale, tente de pénétrer dans la zone sèche du nord et du centre du pays, mais se déglingue complètement, à part quelques cellules isolées qui survivent un peu mieux.
Mais d’abord on observe du beau temps et une convection qui s’enclenche plus ou moins tard et plus ou moins fort selon les régions. Parfois on n’observe que de très petits cumulus, parfois (par exemple à Uccle), des dômes de cumulus congestus parviennent à se former durant l’après-midi. Mais le cumulonimbus qui arrive est en fin de vie, et ne donnera plus tellement grand-chose si ce ne sont que quelques rafales et une chute assez importante de la température. Seule une cellule isolée, arrivant à maturité au-dessus d’Anvers, donnera des précipitations significatives avec 17 mm à Deurne, l’aéroport d’Anvers.
Les températures maximales : 24 à 27°C au littoral, 30 à 31°C, localement 32°C en plaine, 25 à 27°C sur les hauteurs. Les plus fortes valeurs : 32,2°C à Gand-Zelzate, 31,9°C à Koersel et 31,3°C à Semmerzake et à Chièvres. Uccle, avec 29,9°C, n’arrive tout juste pas à 30°C et n’a donc pas encore de jours de chaleur (officiels) pour 2018.
Avant l’arrivée des restants d’orage, l’humidité de l’air est à nouveau très basse, avec 22% à Kleine Brogel et 21% à Uccle. Rien d’étonnant, donc, que la plupart des orages s’effondrent. Mais là où il pleut ne fût-ce qu’un peu, la température baisse très fort en raison de la grande évaporation des précipitations dans l’air sec, et le grand refroidissement au vu des points de rosée très bas. C’est ainsi qu’Uccle passe de 29 à 19°C dans le cadre de cet ex-orage.

Le 17 juillet 2018, une cellule anticyclonique océanique nous envoie de l’air maritime un peu plus frais, acheminé par des vents d’ouest à sud-ouest, tendant à tourner au nord-ouest par la suite.
Le beau temps persiste, ou revient dans les régions qui ont été concernées par les quelques orages de la veille. Le ciel est souvent bleu, avec quelques rares nuages le matin et en matinée, et des cumulus l’après-midi, avec une légère tendance à l’étalement. Sur l’est et le sud du pays, le développement des cumulus est meilleur. Le littoral, quant à lui, parvient aussi à avoir quelques cumulus.
Les températures : 22°C au littoral, 24 à 26°C sur l’ouest des plaines, 27 à 29°C sur l’est des plaines, 23 à 24°C sur les hauteurs. Notons que cet air maritime se dessèche très fort sur les terres sèches, avec à Uccle à peine plus de 30% d’humidité aux heures chaudes de la journée.

Le 18 juillet 2018, l’anticyclone maritime nous envoie une crête, mais elle n’est pas très puissante. Malgré cela, on a toujours du beau temps, encore et toujours, si l'on excepte l'un ou l'autre nuage.
Bien que la chaleur ne soit pas excessive, l’accumulation des jours d’été devient remarquable (14 sur 18 à Uccle). Les maxima du jour : 22°C au littoral, 25 à 28°C en plaine (le plus à l’est) et 22 à 23°C sur les hauteurs.
Mais le plus frappant, c’est le manque de précipitations. Certaines régions connaissent la pire sécheresse probablement depuis que la Belgique existe. Depuis le 1er juin 2018 (48 jours), il n’est tombé que : 0,6 mm à Middelkerke, 0,8 mm à Passendaele et 3,9 mm à Beitem. Nopus en avions fait un article, que vous retrouverez ici.

Le 19 juillet 2018, toujours du beau temps avec l'un ou l'autre voile de nuage. C'est dans le sud du pays et en Campine que les températures sont les plus élevées, avec 29,0°C à Aubange et encore 28,4°C à Hastière pour le sud et 29,8°C à Koersel et 29,2°C à Kleine Brogel pour la Campine.
Dans le nord de l'Europe, la situation est inédite, du jamais vu. Les températures deviennent affolantes. Les eaux du Skagerrak, du Kattegat et de la Baltique dépassent désormais presque partout les 22°C. Dans le nord du Golfe de Botnie, pratiquement au cercle polaire, la température de l’eau atteint… 23 à 24°C ! Digne de l’Espagne (côté méditerranéen) à cette saison ! Notre mer du Nord atteind d'ailleuyrs aussi ces températures "méditerranéennes"...
Et sur le continent ? La température de l’air atteint 30,8°C à Lycksele (Suède) à 64°33’N. À Banak (Norvège), le maximum a été de 33,0°C et ce, à 70°04’N, bien au-delà du cercle polaire, ce qui finit par provoquer des incendies de forêts en Suède.

Le 20 juillet 2018, une zone de précipitations parfois intenses sur la France se dirige vers notre pays, mais se dessèche presque complètement avant d’atteindre nos frontières. Quand précipitations il y a encore, elles ne dépassent généralement pas quelques dixièmes de millimètres. Quelques rares exceptions : Botrange : 5 mm, Mont-Rigi : 4 mm, Rumes et Rumillies : 3 mm, Kain et Heuveland : 2mm...
En matinée, le temps est beau à légèrement voilé puis le voile s’épaissit. Dans le sud du pays, des cumulus parviennent encore à se former temporairement. Par ailleurs, le voile nuageux est moins étendu aussi, avec des éclaircies qui reviennent en soirée, voire en après-midi.
Les températures sont encore élevées, avec presque 30°C à Kleine Brogel (29,7°C). Sinon, les maxima sont de 21-22°C au littoral, de 23-25°C sur l’ouest des plaines, de 27-30°C sur l’est des plaines et de 24-26°C sur les hauteurs. 

C'est la drache nationale ce 21 juillet 2018… Oui, mais pour quelques-uns seulement. Une faible perturbation présente au-dessus de notre pays donne 4 mm d’eau à Gouvy, 3 mm à Sivry et 1 mm à Fontaine, à Libin et à La Hestre. Les précipitations de Gouvy, notamment, sont liées à la frange ouest d’une zone orageuse présente sur l’Allemagne et le nord du Grand-Duché de Luxembourg. Ailleurs, il s’agit d’averses plus isolées dans des régions proches de la frontière belgo-française, souvent sans activité orageuse.
Avec un vent de nord-ouest à nord, les températures maximales sont quelques peu limitées sur l’ouest du pays avec 22°C au littoral et le plus souvent 26 à 27°C sur la partie occidentale et centrale des plaines. Sur l’est des plaines, ces valeurs sont comprises entre 28 et 30°C (30,2°C à Koersel). Sur les hauts plateaux, on enregistre 23 à 24°C tandis que la Gaume, en raison d’une nébulosité plus abondante, doit se contenter de 25°C. 

Nuages stratiformes à Havré, le 23 juillet 2018.
Photo : Véronique Deprez

Nous revoilà dans un marais barométrique ce 22 juillet 2018, avec une petite circulation de nord-ouest qui se remet en place l’après-midi. Une situation qui aurait pu être idéale pour des orages de masse d’air, avec un air chaud qui stagne plus ou moins sur notre pays, mais qui reste alimenté en humidité grâce aux vents en provenance de la Mer du Nord, le tout par un gradient marqué par rapport aux hautes couches relativement fraîches de l’atmosphère.
Sauf que l’air se dessèche sur nos terres sèches. Malgré les infiltrations maritimes, l’humidité relative à Uccle tourne autour de 30% l’après-midi, après 28% à midi. Aucun pluviomètre (MB + IRM) ne reçoit la moindre goutte d’eau.
Le temps est beau, avec des cumulus de beau termps et quelques masses de nuages de moyenne altitude. Au littoral, comme souvent ce mois de juillet, la convection fait défaut.
Les températures : 22°C au littoral sous l’influence d’une bonne brise de mer, mais montant temporairement à 24°C en fin d’après-midi. Sinon, on observe des valeurs maximales de 28 à 30°C en plaine et de 24 à 25°C sur les hauteurs. En Gaume, la température remonte à 28°C. Les plus fortes valeurs du pays : 30,4°C à Koersel, 30,0°C à Angleur et 29,8°C à Kruihoutem.

Le 23 juillet 2018, les pressions montent, le temps devient plus anticyclonique sur nos régions. La chaleur, déjà bien présente sur le nord de la France (31,6°C à Lille) et sur le sud-est de l’Angleterre (32,2°C à Londres), déborde sur l’ouest du pays avec 32,5°C à Kruishoutem, 31,8°C à Semmerzake et encore 31,3°C à Beitem. Au littoral même, en raison d’une brise de mer de nord-ouest (quelque peu influencée par le flux général), les températures sont moins élevées, avec 25,0°C comme maximum à Middelkerke. Le reste des plaines est en général un peu moins chaud, avec 29 à 30°C, sauf en Campine où il refait 31°C par place (31,3°C à Kleine Brogel, 31,0°C à Koersel mais 29,7°C à Genk). Sur les Hauts Plateaux, il fait 24-25°C, et 28°C en Gaume.
Uccle, avec ses 29,1°C, n’a toujours pas réussi à atteindre la barre des 30°C au cours de cet été.

Le 24 juillet 2018, c'est la première journée vraiment chaude en Belgique. Un faible noyau anticyclonique se dessine sur l’Allemagne avant de remonter vers le Danemark et donne une impulsion tropicale continentale à la masse d’air, même si en surface, les vents continuent à être variables, grandement influencés par des phénomènes locaux, puis par des phénomènes d’appel d’air thermiques, avec une tendance à souffler du nord. Dans les couches moyennes de l’atmosphère (dès 1500 mètres environ), le flux de sud-est à sud est par contre bien établi.
Les températures, très élevées, se situent entre 31 et 33°Cen plaine et entre 28 et 29°C sur les hauteurs. Quelques valeurs : Kleine Brogel : 33,1°C, Genk : 33,0°C, Angleur : 33,0°C, Retie : 32,9°C, Kruishoutem : 32,4°C, Hastière : 32,2°C et Aubange : 32,2°C. Uccle, avec 30,9°C, enregistre son premier jour officiel de chaleur cet été.
Grâce à un peu d’humidité en plus (ou plutôt, un air un peu moins desséché), une certaine convection parvient à se mettre en place en fin de matinée, se développant par la suite avant de prendre la tendance à s’étaler. Au littoral, la convection fait défaut, le ciel est serein mais les températures sont moins élevées. À Middelkerke, une brise de mer d’ouest, tournant graduellement au nord, empêche la température de monter au-delà de 26,3°C.
La nuit qui suit est chaude, avec des températures qui, en bien des endroits, ne descendent pas en dessous de 20°C (nuit tropicale). Le minimum de 21,8°C de Deurne (Anvers) peut être considéré comme remarquable. Le 4 juillet 2015 cependant, la nuit y a été plus chaude encore avec 22,4°C comme minimum. 

Quelques averses ont réussi à se développer en deuxième partie de nuit (donc déjà le 25 juillet 2018), surtout sur une ligne située plus ou moins le long de l’Escaut, où ces averses prennent un caractère orageux à l’aube. Stabroek reçoit 7 mm d’eau, Semmerzake en reçoit 2 tout comme Essen, et 1 mm pour Ellignies-Sainte-Anne (toutes des localités sur la même ligne). D’autres averses génèrent aussi quelques millimètres ici et là, avec par exemple 5 mm à Braine-le-Château, 5 mm à Retie, 3 mm à Woluwe-Saint-Pierre (Bruxelles), 2 mm à La Hestre et 1 mm à Grez-Doiceau tout comme à Poederlee. La plupart des pluviomètres belges, cependant, restent secs…
L'après-midi on aura des températures très élevées. Angleur atteint 35,0°C, suivi par Kleine Brogel (34,8°C), Koersel (34,6°C) et Genk (34,1°C).
Notre pays se trouve dans un marais barométrique à tendance anticyclonique, mais qui permet encore le développement d’orages. Ceux-ci n’affectent cependant que la moitié sud-est du pays, tandis que la sécheresse s’auto-entretient dans la partie nord-ouest (où déjà la zone orageuse de la nuit précédente s’était affaiblie pour la même raison).
Le temps, au littoral, est le plus souvent beau, avec parfois des passages nuageux. Au centre du pays, on note encore quelques castellanus résiduels le matin, puis le temps devient beau avec, l’après-midi, formation de cumulus dont certains évoluent jusqu’au congestus tandis que des cumulonimbus sont visibles au loin le soir.
Sur la partie sud-est, la convection s’enclenche rapidement avec des cumulus congestus parfois dès midi. Une première activité orageuse se manifeste en tout début d’après-midi du côté des Hautes-Fagnes. En fin d’après-midi, des foyers orageux se développent en de nombreux endroits, notamment dans l’Entre-Sambre-et-Meuse et du côté nord des reliefs. Par la suite, cette activité orageuse déborde (en soirée) au nord du sillon Sambre-et-Meuse. On remarquera la base élevée des cumulonimbus, liée à la sécheresse qui commence à se faire sentir dans tout le pays. Quelques cellules donnent de bonnes précipitations : Marilles (à l’est de Jodoigne) : 11 mm, Lobbes : 11 mm, Hasselt : 8 mm (la cellule la plus au nord), Jodoigne : 5 mm...
Les températures : 26-27°C au littoral, 30-32°C sur l’ouest des plaines, 32-35°C sur l’est des plaines, 29-30°C sur les hauteurs et autour de 33°C en Gaume.

Ciel tourmenté en cette dernière décade de juillet à Beausaint.
Photo : Webcam MeteoBelgique de Beausaint (Michel Antoine).

Le 26 juillet 2018 fût une journée extrême sur plusieurs plans.
Commençons par les températures maximales. Voici les valeurs les plus remarquables :
Angleur : 36,2°C, Bierset : 34,3°C,  Aubange : 35,2°C, Hastière : 36,4°C (record de juillet battu), Florennes : 35,1°C (record de juillet battu), Dourbes : 35,9°C (record de juillet battu), Zaventem : 36,0°C  (record de juillet battu), Uccle : 35,4°C, Beauvechain : 35,7°C (record de température, tous mois confondus égalé), La Hestre : 35,2°C (record de juillet égalé), Gosselies : 35,9°C,  Kleine Brogel : 36,8°C,Gorsem : 35,8°C, Deurne : 36,7°C (record de température, tous mois confondus), Sint-Katelijne-Waver : 36,0°C  (record de température, tous mois confondus), Kruishoutem : 36,4°C (record de tezmpérature, tous mois confondus), Zelzate : 36,9°C, Beitem : 35,3°C...

Comme nous pouvons le voir, la plupart des stations (Province de Liège exceptée) battent le record de la 3e décade de juillet, quelques-unes battent même le record de juillet (le plus souvent détenu par 2006), voire le record tous mois confondus. C’est ainsi qu’Anvers (Deurne) vit sa journée la plus chaude depuis le début des observations en décembre 1953. À Beauvechain, la journée la plus chaude (aussi depuis décembre 1953) est égalée. À Zaventem, il s’agit de la journée la plus chaude aussi mais la série d’observations est plus courte. Grâce aux observations synoptiques cependant, nous pouvons dire avec certitude qu’il s’agit de la journée la plus chaude depuis au moins 1973 (en 1976, la plus haute température, arrondie à l’unité, a été de 35°C).
À Koersel, selon les données actuelles disponibles, une valeur de 39,0°C a été atteinte. Si cette valeur s'était confirmée, il s’agissait de la plus haute température jamais enregistrée en Belgique, après les 38,8°C observés à Liège-Monsin le 2 juillet 2015. Mais l'IRM n'a pas validé cette mesure. Des températures observées aux Pays-Bas, de 38,2°C à Arcen et de 37,6°C à Gilze Rijen pourraient corroborer cette valeur folle de 39,0°C à Koersel. Parmi les stations de MétéoBelgique, on a relevé 38,1°C à Poederlee. À Diepenbeek cependant, située à une dizaine de kilomètres seulement de Koersel, le thermomètre n’a affiché « que » 36,5°C. Finalement LA TEMPÉRATURE LA PLUS ÉLEVÉE DE CE MOIS DE JUILLET EST DE 38,8°C À HECHTEL-EKSEL ET ÉGALE DONC LE RECORD DE LIÈGE-MONSIN.

Un autre élément extrême de cette journée du 19 juillet est l’instabilité. On observe en effet au-dessus de Beauvechain des températures de 20°C au niveau 850 hPa (1532 mètres) et de 5°C au niveau 700 hPa (3161 mètres). Ce qui revient à dire que nous avons une instabilité absolue (et même super-adiabatique dans les basses couches) jusqu’à une altitude de passés 3100 mètres. La différence de température entre 2093 et 3161 mètres d’altitude le confirme d’ailleurs : il y a 10,1°C, soit un gradient de 0,95°C par 100 mètres, à un fifrelin de l’adiabatique sèche (0,98°C). De tels gradients sont dignes des grandes plaines américaines de la « Tornado Alley » !
Plus haut dans l’atmosphère, nous avons encore un gradient de 0,7°C par 100 mètres avec une température de –14°C au niveau 500 hPa (5820 mètres) ce qui, au vu des températures élevées au sol, est relativement froid. Cette instabilité assez forte des moyennes couches, combinée à l’instabilité extrême des basses couches et des moyennes couches inférieures fait qu’on arrive à des niveaux d’instabilité rarement atteints en Belgique.

Le troisième élément remarquable de la journée est la sécheresse de l’air. À Uccle à 16 heures, l’humidité relative descend jusqu’à 20%. Ailleurs il fait guère plus humide, avec 23% à Dourbes, Florennes et Gosselies, tout comme à Anvers et à Sint-Katelijne-Waver. Pourtant, avec une telle instabilité, le peu d’humidité suffira pour produire localement des orages violents.

Détaillons à présent le déroulement de la journée.
Le ciel est d’abord parfaitement serein, puis, avec la hausse rapide des températures en matinée, des cumulus parviennent à se former dès le tout début de l’après-midi. Ces cumulus atteignent ensuite rapidement le stade de congestus. Ils se forment et se développent au même moment, à peu de choses près, sur tout le pays. Seuls les reliefs ardennais imposent une formation et un développement encore plus précoces. C’est de ce côté-là qu’on observe les premiers foyers orageux. Durant l’après-midi, ils se propagent vers le centre du pays où, en début de soirée, ils finissent par former un axe nord-sud qui coupe le pays en deux. Il faut dire que les cisaillements directionnels du vent, en altitude, sont suffisants pour donner aux orages une certaine organisation et une durée de vie plus longue. Notamment Bruxelles et sa région sont fortement touchées par ces orages.
En chiffres, cela se traduit par 28 mm de pluie recueillis à Uccle entre 17 et 18 heures, et 29 mm à Zaventem. Dans cette dernière station, on enregistre aussi des rafales jusqu’à 90 km/h et une chute impressionnante de la température entre 16 et 17 heures, passant de 34,7°C à 20,7°C. Ceci est dû à la grande sécheresse de l’air avant l’orage, et donc à une grande évaporation des précipitations (sinon il en serait tombé encore plus), entraînant à la fois une forte chute des températures et une forte accélération des rafales descendantes.

À la bordure sud de l’orage, à Uccle, l’air chaud revient par bouffées et se mêle à l’humidité des précipitations qui viennent de s’abattre. Il en résulte des points de rosée rarement atteints en Belgique (23,3°C pour une température de 25,6°C) et qui contrastent très fort avec le contexte général de sécheresse (avant l’orage, le point de rosée était de 9,1°C pour une température de 35,4°C).
Pour une personne restée dehors avant, pendant et après l’orage, la chaleur a été impressionnante juste avant l’orage, puis les rafales de vent procuraient une sensation très agréable, mais après, certaines bouffées chaudes (et devenues humides) redonnaient une grande sensation de chaleur.
Ailleurs dans le pays, les orages ne sont pas passés inaperçus non plus. À Verviers, on observait de la grêle tandis que deux maisons ont été touchées par la foudre à Charleroi (Lodelinsart et Ransart). De fortes précipitations (24 mm) sont observées vers 17 heures à Érezée (non loin de La Roche-en-Ardenne), tandis que Pont-de-Loup (près de Châtelet) reçoit encore 11 mm et Beausaint, 10 mm.
Pendant ce temps, certaines régions restent désespérément sèches. À Middelkerke, depuis le 1er juin, il n’est toujours tombé que 1,1 mm tandis que Passendaele et Beitem ne font guère mieux avec, respectivement, 2,1 et 4,2 mm. Sur les 30 derniers jours, des poches très sèches (< 1 mm de pluie) subsistent en de nombreuses régions (Middelkerke : 0,5 mm ; Genk : 0,5 mm ; Beitem : 0,9 mm).

Enfin, pour finir, parlons de la journée au littoral. Là, le ciel reste bleu toute la journée, à l'exception de quelques nuages d'altitude en soirée, et les températures restent agréables avec des vents de nord-est tournant au nord l'après-midi sous l'effet de la brise de mer. En bordure de l'eau, la température atteint 26°C en milieu de journée pour osciller entre 24 et 25°C l'après-midi. En soirée, un vent tournant à l'est fait remonter la température jusqu'à 27°C. Dans les dunes déjà, la brise de mer se fait moins sentir et les températures oscillent entre 28 et 29°C avec une pointe jusqu'à 31°C. Là aussi, la soirée demeure chaude.

Orage et foudre photographié en province de Hainaut, le 26 juillet 2018
Photo : Jérémy Lokuli, Au plus près des orages.
 

Le 27 juillet 2018 sera une nouvelle journée torride. Des hautes pressions sur le nord et l’est de l’Europe commandent un flux de sud-est sur nos régions, qui achemine de l’air surchauffé. Des discontinuités d’origine thermique caractérisent ce flux, avec le plus souvent des conflits entre vents d’est et vents de sud à l’échelle locale.

 Il s’agit d’un air surchauffé en surface, mais qui n’est pas tellement chaud en altitude. Au niveau 700 hPa (autour de 3150 mètres), les températures oscillent autour des 5°C, ce qui se rencontre dans presque toutes les périodes de beau temps dans nos régions. Avec les températures extrêmes en surface, ces 5°C au niveau 700 hPa donnent des instabilités hors du commun. 
Le niveau 850 hPa (vers 1530 mètres) est encore quelque peu influencé par les variations diurnes en surface. C’est ainsi que depuis 2 jours, nous avons près de 18°C à ce niveau en début de journée et près de 20°C en fin de journée. Avec des maxima qui dépasse allègrement les 35°C en plaine, des gradients super-adiabatiques, particulièrement marqués pour nos régions, sont présents dans les basses couches de l’atmosphère, tandis qu’au-dessus, ces gradients restent proches de l’adiabatique sèche (seuil de l’instabilité absolue) jusqu’à plus de 3000 mètres d’altitude.
Dans de telles conditions, comme la veille, des orages parviennent à se former même avec très peu d’humidité. Nous y reviendrons.

Penchons-nous d’abord sur les températures maximales, où de nouveaux records ont été battus.
Les valeurs : Angleur : 37,0°C, Bierset : 35,8°C, Elsenborn : 32,4°C, Aubange : 34,8°C, Hastière : 34,9°C, Florennes : 34,1°C, Dourbes : 35,1°C, Zaventem : 35,2°C, Uccle : 35,4°C, Beauvechain : 35,8°C  (record tous mois confondus), La Hestre : 36,4°C  (record tous mois confondus),  Gosselies : 35,9°C, Middelkerke : 34,4°C, Beitem : 36,8°C  (record tous mois confondus), Kruishoutem : 36,4°C (record de tezmpérature, tous mois confondus égalé de la veille), Zelzate : 38,2°C  (record tous mois confondus), Deurne : 37,2°C (record tous mois confondus), Sint-Katelijne-Waver : 36,6°C (record tous mois confondus), Koersel : 37,2°C, Kleine Brogel : 37,0°C...

Comme le montrent les chiffres, c’est avant tout dans le nord et l’ouest du pays que les températures sont extrêmes. À Zelzate, au nord du pays, on a enregistré les plus hautes températures jamais mesurées dans la région, avec 38,2°C à Zelzate (au nord de Gand), 37,2°C à Deurne, 36,8°C à Beitem (Roulers) et 36,6°C à Stabroek. À titre de comparaison, le jour le plus chaud du grand été 1976, en l’occurrence le 3 juillet, avait donné, respectivement, 35,3°C, 35,7°C, 35,8°C et 34,7°C.
On peut donc dire que si le 3 juillet 1976 a été extrême en Campine mais aussi, par endroit dans le Hainaut (37,6°C à Meeuwen, 37,5°C à Ramegnies, 36,8°C à Lobbes et encore 36,2°C à Chièvres), le 27 juillet 2018 deviendra historique pour le nord et l’ouest de notre pays, où tous les extrêmes du passé (1957, 1959, 1976, 2003 et 2006) ont été battus, et parfois à plate couture.

Au littoral aussi, il fait fort chaud en ce 27 juillet 2018, avec notamment un maximum de 32,8°C au port de Zeebruges. Là, la chaleur se maintient par ailleurs jusqu’en début de soirée, en l’absence de brise de mer. À Middelkerke, on relève déjà 33,6°C à 13 heures (max : 34,4°C), mais la température baisse ensuite, d’abord en raison de la brise de mer, puis en raison d’averses orageuses.

Globalement, on peut dire que les maxima atteignent 33-34°C au littoral, 36-38°C en plaine, 34-35°C au centre et au centre-sud du pays, 31-32°C sur les hauteurs et 34-35°C en Gaume.

Le temps est d’abord beau, avec quelques bancs d’altocumulus et de larges portions de ciel bleu. La convection s’enclenche souvent vers 13/14 heures avec par la suite un développement rapide des cumulus jusqu’au stade congestus avec évolution en cumulonimbus.
Sur une ligne passant grosso modo sur la limite des deux Flandre et sur le Hainaut Occidental, des averses et orages de faible intensité se développent très vite, dès le tout début de l’après-midi, tandis que de nouvelles cellules se développent rapidement en d’autres lieux du pays et reforment une nouvelle ligne plus à l’est, sur un axe Alost – Ninove – Enghien – Binche.
Cette ligne se désorganise à nouveau en cours d’après-midi et la situation orageuse devient très chaotique avec des foyers principalement sur le centre et l’ouest du pays. Cette dernière région connaîtra des orages étendus en soirée. A contrario, certaines zones du nord et nord-est du pays restent complètement épargnés par la convection, avec un temps qui demeure beau et, plus tard, des cumulonimbus visibles au loin.

La courbe des températures est grandement tributaire de cette convection et de la nébulosité qu’elle génère. En matinée, lorsque le temps est encore beau, la montée des températures est fulgurante. À huit heures, on observe déjà 25,8°C à Semmerzake, 25,5°C à Beauvechain et 25,3°C à Kleine Brogel. À 11 heures, on note des valeurs inédites pour notre pays en fin de matinée, avec 34,3°C à Zelzate, 32,7°C à Kleine Brogel et encore 31,3°C. À 14 heures, le maximum est atteint ou presque en de nombreux endroits, avec 37,1°C à Zelzate, 35,6°C à Schaffen, 35,5°C à Anvers et 35,2°C à Uccle.

À 16 heures, les premières « taches » fraîches apparaissent sur la carte des températures, avec par exemple 22,6°C à Dourbes (après un maximum de 35,1°C). L’évolution de la température de Dourbes est par ailleurs fort intéressante : 34,1°C à 14h ; 22,6°C à 16h ; 32,9°C à 18h.
La bulle d’air frais (outflow des orages) remonte légèrement vers le nord, avec des températures chutant fortement, par exemple, à Lasnes (à l’est-sud-est de Waterloo) en début de soirée. En soirée, en de nombreux endroits, des bouffées d’air chaud se mêleront aux bouffées d’air plus frais, parfois avec quelques bonnes rafales. Il n’y a que sur l’extrême ouest du pays où un changement radical de la direction du vent donne un tour définitif au rafraîchissement dès le début de la soirée, voire la fin de l’après-midi sur l’ouest de la côte belge. 

Au nord-est du pays, grandement épargné par la convection, les maxima se produisent en fin d’après-midi, comme à Schaffen où 37,0°C sont atteints vers 17 heures et à Kleine Brogel où une même température est atteinte à peu près à la même heure. Dans ces deux stations, des taux de sécheresse extrême de l’air sont observés. À Kleine Brogel, l’humidité relative chute à 15% à 15 heures (T = 35,7°C / Td = 5,1°C). À Schaffen, c’est pire encore avec 13% à 18 heures (T = 35,6°C / Td = 3,3°C).

Ailleurs dans le pays, les taux d’humidité sont fort bas aussi à la mi-journée (20% par exemple à Uccle), mais l’instabilité est telle que des averses et des orages parviennent à se former quand même, avec un apport d’humidité après leur passage. Mais, à quelques exceptions près, ces orages restent pauvres en précipitations et n’interrompent pas vraiment la période de sécheresse.
Le plus souvent, les pluviomètres ne reçoivent même pas 5 mm, mais quelques exemplaires sont plus virulents. Charleroi reçoit 23 mm, Woluwé-Saint-Pierre (Bruxelles) reçoit 19 mm (mais seulement 4 mm à Uccle), Rumillies reçoit 17 mm. À Coxyde, un orage déverse 23 mm de précipitations en fin d’après-midi, suivi par d’autres précipitations durant la nuit, qui mèneront à un total de 52 mm. Du côté de Charleroi (23 mm à Gosselies), on signale quelques inondations. D’autres localités par contre, surtout à l’est et au sud, restent au sec ou presque (p. ex. Bierset, Mont-Rigi, Elsenborn, Hastière, Buzenol et Aubange : 0,0 mm ; Kleine Brogel et Genk : 0,3 mm).

Enfin, les 26 et 27 juillet couronnent une période de 30 jours particulièrement chaude à Uccle. En effet, la période du 28 juin au 27 juillet donne une température moyenne de 22,0°C, ce qui est vraiment beaucoup. Elle arrive ainsi en cinquième position parmi les périodes de 30 jours les plus chaudes observées à Uccle depuis 1886.
Voici le « hit-parade » de ces périodes les plus chaudes :
23,2°C du 21 juin au 20 juillet 1976
23,1°C du 1er au 30 juillet 2006
22,7°C du 19 juillet au 17 août 1911
22,2°C du 15 juillet au 13 août 2003
22,0°C du 28 juin au 27 juillet 2018
21,8°C du 2 au 31 juillet 1994

Le 28 juillet 2018, il fait enfin plus frais. Un front froid, un vrai, traverse le pays en début de journée, aussitôt suivi par un second front froid. À l’arrière, c’est de l’air maritime qui nous envahit. Les températures s’en ressentent très fort mais restent, malgré tout, bien au-dessus des normes saisonnières. 
Les températures maximales atteignent désormais 22°C au littoral, 23 à 25°C sur l’ouest et le centre du pays, 27 à 29°C en Campine et dans la vallée de la Meuse, et 23 à 25°C sur les hauteurs, le tout sous un bon vent d’ouest à sud-ouest qui, le soir, devient variable. Les plus hautes valeurs : 28,9°C à Kleine Brogel, 28,7°C à Angleur et 28,4°C à Koersel.

Le 29 juillet le passage de faibles fronts chauds et des vents de surface soufflant de sud à sud-ouest font déjà revenir la chaleur. Et voilà que les 30°C sont à nouveau dépassés sur le nord-est et l’est du pays, avec 31,0°C à Kleine Brogel, 30,5°C à Koersel et 30,0°C à Diepenbeek, Genk et Angleur. Au littoral, il fait encore un peu frais avec 21 à 22°C, sinon on observe 24 à 26°C sur l’ouest du pays, 27 à 28°C sur le centre, 29 à 31°C sur l’est, 24 à 26°C sur les hauteurs et 28 à 29°C en Gaume. Le ciel est souvent voilé. Quand le voile se déchire, il reste principalement des altocumulus. En dessous, on observe parfois quelques cumulus, un peu plus fréquents sur les reliefs ardennais. Ici et là, il tombe quelques gouttes de pluie (et une vraie pluie sur l’extrême ouest, avec 4 mm à Coxyde).

Le 30 juillet 2018, une perturbation frontale ondule d’abord à l’ouest de notre pays, puis sur l’ouest de notre pays. À l’avant de cette perturbation, un flux de sud à sud-ouest nous amène de l’air tropical, avec une nuance plus maritime à l’ouest, et plus continentale à l’est. Cela se ressent un peu dans les températures, mais bien plus dans les taux d’humidité.
À Gand par exemple, l’humidité ne descend pas en dessous de 50%, avec des points de rosée de 18-19°C pour une température qui, au moment de son maximum, atteint 29,4°C. À Bierset par contre, l’humidité en fin d’après-midi est à peine supérieure à 30%, avec des points de rosée qui tombent temporairement à moins de 12°C, avec une température maximale qui atteint 31 ,5°C.

Le temps, à l’ouest des plaines, est nuageux à beau avec des bancs de nuages de moyenne et de haute altitude, se transformant temporairement en voile laiteux. Des cumulus se développent dès la matinée, d'abord timidement, avant une convection et de l’étalement avec, sur la partie la plus occidentale, la formation de quelques averses. De façon très isolée, ces averses prennent un caractère orageux.
Les températures maximales, dans cette région, atteignent le plus souvent 27 à 29°C, tandis que les précipitations liées aux averses atteignent 7 mm à Coxyde, 6 mm à Heuvelland, 3 mm à Middelkerke et Passendaele, 2 mm à zegem et Wingene, et 1 mm à Beitem et à Kruishoutem.
À l’est des plaines, le temps est beau, avec là aussi quelques nuages élevés et la formation de très modestes cumulus à base élevée. L’air est sec et les températures, élevées avec 33,4°C à Koersel, 32,4°C à Genk et 31,7°C à Schaffen. Du côté de Liège, on observe 31,5°C à Bierset et 32,7°C à Angleur. 
Le centre du pays connaît comme à l’ouest un ciel temporairement voilé mais comme à l’est, les cumulus se développent très peu. Les températures dans cette région sont souvent proches de 30°C, parfois un peu moins comme à Uccle (28,8°C).
Dans le sud du pays, les cumulus sont très peu nombreux ou absents, mais on observe les nuages d'altitude. Les températures : 27 à 29°C sur les hauteurs, 29 à 31°C dans les vallées et en Gaume.

Le 31 juillet 2018, le front (très faible) traverse le pays avant de s’immobiliser sur le sud, et est suivi d’air maritime un brin moins chaud. Les vents, qui soufflent au départ du sud, s’orientent graduellement au nord en passant par l’ouest.
Les températures maximales atteignent 22 à 23°C au littoral, 25 à 27°C sur les plaine occidentales mais encore autour de 30°C sur les plaines orientales (30,5°C à Kleine Brogel, 30,2°C à Koersel et 29,6°C à Genk). Dans la vallée de la Meuse, on note 31,1°C à Angleur et 29,0°C à Hastière tandis que sur les hauteurs, il fait entre 26 et 28°C. En Gaume, on relève 31,2°C à Aubange. 

On remarquera aussi la rapidité à laquelle cet air maritime se dessèche à l’intérieur des terres, avec souvent des taux de 30 à 40% d’humidité au centre et à l’est du pays aux heures chaudes (Uccle : seulement 31% à 17h). Il n’est donc pas étonnant qu’après le passage des masses nuageuses du front (où se mêlent parfois quelques nuages d’instabilité), le temps se remette rapidement au beau, avec quelques cumulus de beau temps. À l’est et au sud du pays, les nuages du front apparaissent peu, voire pas du tout, tandis qu’au littoral, les cumulus sont absents dès le début de l’après-midi, avec du grand beau temps.
Les précipitations, quand précipitations il y a eu, sont généralement anecdotiques, avec par exemple 0,4 mm à Sint-Katelijne-Waver, 0,2 mm à Gembloux et 0,1 mm à Genk et à Passendaele.

 

 Écart aux normales des températures et précipitations pour l'Europe occidentale.

 201807temp 
Écart des températures moyennes mensuelles par rapport aux normales (en °C)

 201807prec 
Pourcentages des précipitations mensuelles par rapport à la normale (100)

Source : NOAA

Comparaison avec nos tendances saisonnières.

Le mois de juillet avait été annoncé, depuis plusieurs mois déjà, comme beau et chaud dans nos analyses saisonnières. Ce fut le cas, et comme prévu le type de temps dit de "blocage" fut bel et bien présent, souvent sur le Scandinavie ou l'Europe, comme annoncé.
La première décade fut effectivement la plus ensoleillée, même si finalement les deux autres décades le furent presque tout autant. Tout le mois fut estival comme prévu et la dernière décade fut un peu plus propice aux orages. D'ailleurs à Uccle, ce fut lors de cette décade que la majorité des précipitations fut enregistrée. Difficile d'être plus performant, même si à l'analyse, la chaleur, et l'ensoleillement furent encore plus importants que prévu.

Les Tendances saisonnières pour juillet 2018
(publiées le 30 juin pour nos abonnés Premium)



juillet 2018

Indice confiance : 70%
Estival, chaud et sec. Seuls quelques orages devraient parfois jouer aux troubles-fêtes.
Température
(écart à la normale)
Supérieure à la normale
Chart will load here
Précipitations
(% de la normale)
Inférieures à la normale
Chart will load here
Insolation
(% de la normale)
Légèrement supérieure à la normale
Chart will load here
Résumé 1ère décade 2ème décade 3ème décade
Type de temps
Température

Proche de la  normale Comme annoncé déjà lors de nos précédentes analyses, juillet se confirme être un mois globalement chaud et sec. La première décade surtout sera particulièrement ensoleillée, mais tout le mois devrait être estival, même si la dernière décade sera plus hésitante et plus propice aux orages.

Newsflash

Prochains jours

Mercredi
Jeudi
Vendredi 10°
Samedi
Dimanche

Relevé à 23:20

  • Ostende : 3°
  • Gand : 3°
  • Anvers : 4°
  • Bruxelles : 4°
  • Charleroi : 3°
  • Namur : 2°
  • Liège : 2°

Météo à la une

  • Modèle WRF

    Modèle WRF

    MeteoBelgique vous propose ses cartes du modèle WRF à maille fine.
  • Météogramme WRF

    Météogramme WRF

    Consulter nos propres météogrammes basés sur le modèle WRF pour n'importe quel code postal en Belgique !
  • Graphique d'ensoleillement

    Graphique d'ensoleillement

    Nos abonnés Premium peuvent maintenant consulter l'ensoleillement des dix derniers jours.

Observation temps réel

Beausaint à 23:34
Température : 1.9°C
Pression : 1008 hPa
Humidité : 88%
Précipitation (24h) : 0 mm
Vent : Sud-Est (faible)